Jeuxdemots06-juin-1.jpg2018 1

joelle-frignet.jpg
par Joëlle FRIGNET

 Les raisins de la colère

Depuis que je suis en retraite, j’ai une pêche d’enfer!
Néanmoins, il s’en est fallu de peu pour que l’équilibre se rompe.

À la piscine, cette chipie de Myrtille m’a gentiment fait remarquer que j’avais grossi et que mes cuisses avaient l’aspect d’une peau d’orange. Celle-là, avec ses yeux en amande, il faut toujours qu’elle ramène sa fraise!
Le choc a été brutal, j’ai cru tomber dans les pommes, mes jambes étaient en compote !
Pas de doute, ce devait être le résultat de mon attrait immodéré pour le blanc cassis et la tarte aux quetsches.

De retour à la maison, je me précipitai sur ma tablette pour prospecter et trouver un régime adéquat. Quantité était à base de plantes ou d’algues avec des noms à la noix.
Bonne poire, après voir penché en faveur des agrumes, je me laissai tenter par une cure de pilules à base d’extraits de pépins de raisin. Il suffisait d’avaler deux gélules, trois fois par jour, pendant quinze  jours. Au terme de ce laps de temps, je dus convenir que j’avais suivi cette prescription pour des prunes!

Lors du rassemblement près du grand bassin de la piscine, le regard de Myrtille glissait systématiquement sur mes cuisses.
Je bouillais, je lui aurais bien collé une châtaigne, qui était-elle pour se permettre de me juger? Elle ferait mieux de me lâcher la grappe et d’aller voir chez elle! Est-ce que moi je lui reproche d’avoir un mari bourré comme un coing, quasiment en permanence ? Ne remarque-t-elle pas que tout le monde se fend la poire devant une telle loque ? Et son fils qui n’a jamais réussi à aller au bout de toutes les formations qu’il a entreprises !

Loupejeux2

Frignet

Ajouter un commentaire