Rime06-juin-1.jpg2018 1

Par Pierre LOMBARD

Lombard pierre 4

Amour

Un battement de paupière, une lèvre qui frémit,
Le parfum de ton cou, le satin de ta peau...
Toutes ces impressions me donnent dans la nuit
La sensation sublime d’être devenu beau.

Quand tes doigts dans les miens enlacent leur destin
Les étoiles du ciel allument nos désirs.
Un froissement de coton, la chaleur de ta main
Et c’est le merveilleux renouveau du plaisir.

Depuis combien de temps, depuis combien de vies
Avons-nous le bonheur de refaire ces gestes
Dépassant nos angoisses, oubliant nos soucis ?

Nous avons partagé les événements funestes
Les peines et les malheurs. Il nous reste l’amour
Pour affronter les siècles et vivre au jour le jour.

 

Ce poème a été récompensé en 2007 lors du concours de La Poste
« Déclarez votre amour en toutes lettres » (1er Prix Meuse-Champagne-Ardenne et 2ème Prix National)

 

Lombard

Commentaires (6)

1. Villaume Monique samedi, 02 Juin 2018

La forme est une chose, autre chose est le fond.
Déclarez votre amour, telle était la consigne.
Et ce en toutes lettres. Ce poème y répond,
Avec de l’émotion...et un point à sa ligne.

La forme est un bonbon que le poète ajoute.
C’est parfois une rose qu’il cueille sur sa route!

2. Zaz Chalumeau (site web) vendredi, 01 Juin 2018

Pas sûr, Pierre ! Car le sonnet est ma forme classique préférée ! Donc conforme aux règles, je n'aurais pas manqué de te féliciter !

3. Pierre LOMBARD vendredi, 01 Juin 2018

Je ne me froisse, ni ne me vexe. En effet, ce poème n'est pas un sonnet, en tout cas pas dans l'acception classique du terme. Je m'amuse des conventions et je n'ai jamais fait de concours de poésie classique. C'est un choix assumé...
Et merci pour vos commentaires, je n'en aurais pas eu autant avec un "vrai sonnet" !

4. beyer vendredi, 01 Juin 2018

De bien jolis mots pour le dire... dans un sonnet qui, c'est certain, mais il fallait s'en douter, n'en a que l'Aire. ;-)

5. Zaz Chalumeau (site web) vendredi, 01 Juin 2018

Bravo Claudio pour ces remarques qui montrent à quel point tu as progressé depuis que je te connais !
Perso je me suis abstenue pour ne pas froisser Pierre - je me suis déjà fâchée avec tant d'auteurs pour avoir "osé" critiquer leurs oeuvres...

6. Claudio Boaretto vendredi, 01 Juin 2018

Joli poème et bravo pour les récompenses…
Mais la forme étrange m’interpelle…
Il a l’apparence d’un sonnet mais n’en respecte pas les règles.
Dans le sonnet les deux quatrains doivent être de composition identique et composés sur 2 rimes.
Ici nous en avons 4, qui plus est sans l’alternance obligatoire féminine masculine.
En outre 4 alexandrins font plus de 12 pieds…
Dommage.
Il n’y a pas plus rigoureux dans la forme qu’un sonnet.

Ajouter un commentaire