Coinphilosophe303-mars-1.jpg2019 1

Par Joëlle FRIGNET

joelle-frignet.jpg

Sophie Lo

Quand Sophie pense à sa mère, elle se console immédiatement en se disant qu’elle a eu une belle mort. Diable, que ces mots sonnent faux ensemble ! Qu’a  à voir la beauté avec la perte, le néant, l’irrémédiable et horrible Camarde? La beauté de la mort réside dans le spectacle qu’elle donne à ceux qui restent.
Mais la mort est-elle vraiment belle ? Si c’était le cas, tout le monde s’y précipiterait !
Une belle mort se réussit sans souffrance ou en libère. Elle est « propre » pour les spectateurs. Elle ne prévient pas et vous cueille en pleine santé.
Une belle mort est au service d’une noble cause, on peut mourir pour sauver sa patrie ou ses semblables.
Une belle mort est un voyage vers un monde meilleur, si l’on conçoit l’existence de l’âme. Elle doit conduire à l’éternité, peut-être permettre de s’asseoir à la droite du seigneur si l’on en a un.
Sophie se remémore la lecture du livre de Bernard Werber « Les thanatonautes », voyage étonnant vers la mort que des scientifiques essaient d’explorer. Au bout du tunnel, ils aperçoivent…

La mort n’est rien pour celui qui la subit, elle n’est que la finitude de la vie. Celle des autres nous fait plus souffrir que la nôtre. On ne peut l’éviter, mais on peut éviter de la craindre.
Heidegger précise : « Seul l’homme meurt, l’animal périt. »
Faut-il jouir de la vie ou bien la passer à préparer sa mort ?
Sophie entend encore sa mère s’adresser au poivrot du coin :

« Vous allez vous détruire à boire comme cela ! »
Et la réponse :
« Allons Mâme Lo, faut prendre la mort du bon côté ! La mort ce sera ma dernière bière ; si on m’enterre, ce sera le dernier ver et si je suis crématisé ce sera la dernière cuite ! Elle est pas belle la mort ? »

Oui, la mort est belle si elle est chantée par :
Brassens (https://www.youtube.com/watch?v=iS46IzvCemI) 

ou Brel (https://www.youtube.com/watch?v=e5v7Fq1Wb_8)

Frignet

Ajouter un commentaire