Etymots11-novembre-1.jpg2018 1

Par Monique VILLAUME

Chaque mois, Monique vous propose le parcours et les ramifications de trois mots français courants.

Ce mois-ci, exceptionnellement, vous trouverez une liste d’une vingtaine de mots, avec leur origine géographique et des explications succinctes.
Trouver des mots franco-français avec la lettre K relève du défi, au point que je les ai placés dans les insolites de ma page. Bien sûr, ma liste n’est pas exhaustive !
Je vous suggère de l’aborder sous forme ludique :

D’où ces mots viennent-ils ?

Kamikaze ? Japon.
Mot composé de Dieu et de Vent. Ā la fin de la seconde guerre mondiale, les Kamikazes étaient les avions bourrés d’explosifs qui devaient s’écraser en piqué sur la flotte américaine. Kamikaze désignait aussi les pilotes de ces avions, payés pour ce sacrifice à leur patrie.

Kapok ? Malaisie.
C’est une fibre végétale soyeuse et légère qui constitue le feutre des fruits d’un arbre tropical,
le kapokier.

Karma ? Inde.
Vient du sanscrit. Attesté dès les premiers textes de l’Inde, le mot désigne tout acte conforme au rite religieux du brahmanisme.
Le karma, concept central de l’hindouisme, est constitutif du destin de tout être conscient.

Kart ? Angleterre.
En anglais, cart (charrette) désigna tour à tour un véhicule lourd, puis léger, à deux roues.
Ce mot a été repris en 1960 dans le vocabulaire du sport pour désigner une petite voiture de compétition à embrayage automatique, sans carrosserie, ni vitesses, ni suspension.

Kayak ? Groenland.
Mot inuit (eskimo) désignant une embarcation légère utilisée du Groenland à l’Alaska.

Kéfir ? Europe centrale. Caucase (Géorgie, Arménie).
Boisson gazeuse et acide, à base de lait que l’on faisait fermenter avec une levure spéciale dite grains de kéfir.

Képi ? Suisse alémanique.
Coiffe rigide, cylindrique, à visière destinée essentiellement à l’armée et la gendarmerie.

Kermesse ? Flandres.
Mot composé de
Ker, église, (angl. church, all. Kirche), et de messe. Il désigna les fêtes patronales flamandes, puis, par extension les grandes fêtes de bienfaisance en plein air.

Kibboutz ? Vient de l’Hébreu, dans le sens premier de réunir, rassembler. Communauté agricole et éducative de l’état d’Israël.

Kilim ? Turquie.
Tapis d’Orient. Initialement, tapis de bergers, tissé, aux couleurs vives. Il n’est pas fait de points noués, contrairement au tapis persan classique. 

Kilo ? Vient du grec.
En français, le mot a remplacé
kilogramme. Dès la révolution, kilo a servi à composer des noms de mesure valant mille fois l’unité désignée.
Kilomètre=1000 fois 1 mètre. Kilogramme, 1000 fois 1 gramme.

Kiosque ? Turquie et Italie.
Pavillon de jardin ouvert de tous côtés et surmonté d’un dôme. Par extension, pavillon de jardin de style oriental. Kiosque à musique, kiosque à journaux.

Kiwi ? Nouvelle-Zélande.
Oiseau  symbolique de ce pays. Le fruit  néo-zélandais semble avoir été surnommé
kiwi, comme l’oiseau, pour symboliser aussi  la Nouvelle-Zélande. Introduit comme produit de luxe en France, il y est abondamment cultivé depuis 1980.

Klaxon ? D’origine anglo-américaine.
Marque déposée, du nom de la firme qui fabriquait ce type d’avertisseurs. On n’a pas réussi à imposer le mot français
avertisseurde même que le verbe klaxonner est devenu courant, remplaçant le désuet corner !

Koala ? Australie.
Mammifère grimpeur d’Australie, de la famille des Marsupiaux.

Le mot serait une déformation lexique de koola, mot indigène australien.

Kodak ? Vient de l’anglo-américain
Mot créé arbitrairement pour ses possibilités internationales d’emprunt par un industriel américain :
Eastman, qui le déposa comme appareil photo à main. Le mot, à la mode vers 1900, a été supplanté par appareil-photo, devenu générique, tandis que Kodak restait utilisé uniquement comme nom de marque.

Kolkhoze ? Russie. 
Coopérative de producteurs agricoles, en Russie et pays de l’est, disposant d’une  grande étendue de terre et un matériel agricole commun, 1980,1990.

Kopeck ? Russie.
Ce mot est utilisé pour de la monnaie russe ou soviétique, avant 1991.

Il nous est familier grâce à l’expression ne pas avoir un Kopeck, ne pas avoir un sou.

Krach ou crack ? Pays-Bas, Allemagne.
Krach ou krachen  signifie craquer.  S’utilise lorsqu’une banque ne peut plus faire face à ses retraits, comme à Vienne en 1873 ou Paris en 1881, et dans d’autres banques mondiales depuis, provoquant un effondrement boursier.


Les insolites des étymots en un clin d’œil.

Kaput ? France, Allemagne, France.
On l’a trouvé dans l’ouest avec le mot
capot, où il est attesté en 1619. Il désignait le perdant n’ayant fait aucun pli aux jeux de  cartes.
Pris par l’allemand où il devint kaputt,  le mot kaput ou kapout, fut repris en 1718 par le français, sans doute à l’occasion de la guerre de trente ans, dans le sens de : vaincu, tué.

Kif-kif ? Algérie.
Signifie : comme. Passé avec l’argot militaire de l’Algérie, le français l’a réduit à un seul mot: c’est du kif, c’est pareil.
L’expression Kif-kif bourricot (1983) est désuète: pareil à un âne.

Kir ? France.
Nom propre devenu nom commun, celui du
chanoine Kir (1876, 1968) maire de Dijon. Le kir est un apéritif composé de crème de cassis et de vin blanc. Très populaire, il fut le roi des comptoirs : un p’tit blanc-cass ? Avec du champagne, il devint kir royal !
Un parlementaire britannique ayant été reçu par le maire de Dijon aurait résumé la réception par ces mots : J’ai bu un Kir. De fait, le mot est attesté en anglais depuis 1966,

Kyrielle ? Vient du latin et grec.
L’auriez-vous deviné ? Écoutez-bien la phonétique !

Ce mot vient de la liturgie catholique : kyrie eleison, Seigneur, prends pitié. Il a été d’abord synonyme de litanie, donc une longue et monotone suite de mots. Puis par extension, une kyrielle désigna une longue liste, une accumulation d’objets sans grande diversité.

Villaume

Ajouter un commentaire