Plumeau 310-octobre-1.jpg 2018 1

Par Pierre LOMBARD

Lombard pierre 4

La nature a horreur du vide
(Aristote)

Il était une fois, un pays fort, fort lointain, qui comptait assez peu d’habitants…

Le roi et ses suzerains vaquaient à leurs occupations et connaissaient finalement très mal la vraie vie de leurs administrés.
Ils pensaient que tout allait bien dans le royaume et que leurs décisions faisaient le bonheur des vassaux et des manants.

Et pourtant, la vie se dégradait sans cesse pour le petit peuple : on fermait à tout va les échoppes et les officines, et il fallait marcher des heures durant pour accéder aux services, jadis à proximité.

Les serfs firent des pétitions et des manifestations pour se faire entendre du roi et des seigneurs, mais nul n’est plus sourd que celui qui ne veut point entendre…
Lorsqu’on évoquait la fermeture des collèges et de la maternité, la réponse était toujours la même : économiquement, les caisses du royaume ne peuvent pas tout financer…

Lorsqu’on parlait des bureaux de poste qui disparaissaient, on prétendait que la décision émanait d’un étrange pouvoir qui nous échappait…
Petit à petit, la vie intense des bourgades s’étouffait, les boutiques fermaient et les artisans dépérissaient… Même le cinéma devait quitter le centre du bourg pour s’installer à une heure de marche…

Pourtant, les bourgeois savaient bien qu’il était possible de se mobiliser, que lorsque tout le monde se serrait les coudes, on pouvait inverser ce qui semblait inéluctable. Ils en avaient une preuve étincelante avec les librairies des deux principales villes du royaume qui, après avoir fermé, avaient trouvé une nouvelle vie pleine de dynamisme grâce à la mobilisation et l’investissement de tous…

Alors on laisse le vide poursuivre son œuvre ? On réagit et on demande au roi et aux seigneurs d’ouvrir leurs yeux et leurs oreilles ?

Une délégation demanda audience au roi. Ce dernier prit les sujets de haut en affirmant avec emphase : « Vous m’importunez avec vos histoires de vide, je n’y crois pas ! »

Et tout à coup, le roi disparut. Son trône était… vide !

Lombard

Ajouter un commentaire