02-fevrier-1.jpg2019 1

Par Angeline BOSMAHER

Bosmaher angeline 02

D'après une histoire vraie
de Delphine de Vigan

(Prix renaudot 2015 - Prix Goncourt des Lycéens)

D apres une histoire vraie

Née à Boulogne-Billancourt en 1966, Delphine de Vigan est à la fois romancière et réalisatrice. Tout d’abord directrice dans un institut de sondage, elle écrit un premier roman d’inspiration autobiographique : Jours sans faim. C’est avec No et moi qu’elle obtient son premier prix, celui du Rotary. Le livre sera adapté au cinéma par Zabou Breitman. Suivront d’autres œuvres souvent couronnées, en particulier Rien ne s’oppose à la nuit qui reçoit quatre prix, dont le Renaudot des lycéens. Elle a pour compagnon François Bunuel.

"Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser." Voilà ce que dit la narratrice à propos de son roman qui oscille entre réel et fiction.
Après le succès de son dernier livre consacré à sa mère, Delphine se retrouve à nu devant la page blanche, incapable d’écrire à nouveau. La dépression la guette d’autant plus qu’elle reçoit des lettres anonymes l’accusant d’avoir sali sa famille. C’est alors qu’au cours d’une soirée chez des amis, elle rencontre L., personnage énigmatique, sorte d’alter ego, qui va envahir son existence jusqu’à l’omniprésence. Une relation se noue entre les deux femmes, à la fois fusionnelle et toxique... jusqu’au dénouement.

Quelle est la part du vrai et du faux dans ce roman qui prend des allures de thriller psychologique ?
Delphine de Vigan sème des petits cailloux autobiographiques à propos de sa vie professionnelle, mais aussi de sa vie personnelle : son dernier livre à succès qui évoque le destin de sa mère, son rapport avec l’écrivain François Bunuel, ses enfants…
C’est dans ce contexte de "vérité" délibérée où Delphine de Vigan se met en scène que la fiction s’immisce à travers sa relation avec L. Qui est cette femme qui semble tout connaître de Delphine ? Sur fond d’amitié ambiguë, L. apparaît comme une sorte de mécène intellectuel qui guide les pas littéraires de la romancière en l’incitant à écrire « vrai ».
Entre vérité et mensonge, le lecteur se perd dans cette toile habilement tissée qui questionne sur le travail de l’écrivain. Les discours contradictoires entre les deux personnages principaux viennent étayer cet éternel débat entre le réel et l’imaginaire en littérature. Sachant que, « le roman soit certifié réel ou non ne le rend pas meilleur. »
En parallèle, le lien amical entre les deux femmes crée une tension dramatique oppressante qui va crescendo jusqu’à la scène finale. Harcèlement, emprise, manipulation sont les armes mortifères de ce couple bourreau-victime dont le lecteur devient l’otage également manipulé. Et si L. n’était que le double de l’auteur donnant ainsi consistance à son doute quant à la part d’imagination, de réel dans la narration, véritable enjeu sur l’avenir de la forme romanesque ?

Admirablement écrit, ce livre est un excellent moment de lecture que l’on peut prolonger en regardant son adaptation cinématographique signée Polanski.

Bosmaher 2

Ajouter un commentaire