Ecrits d hiver01-janvier-1.jpg2022

L'inclassable proposé par...

Beyer serge 4

Serge BEYER

Un peu de lecture

Textes écrits par d’autres plumistes, à lire devant votre cheminée, ou le radiateur…    


 1er janvier

Enfant, on vous dira plus tard que le grand-père
Vous adorait ; qu'il fit de son mieux sur la terre,
Qu'il eut fort peu de joie et beaucoup d'envieux,
Qu'au temps où vous étiez petits il était vieux,
Qu'il n'avait pas de mots bourrus ni d'airs moroses,
Et qu'il vous a quittés dans la saison des roses ;
Qu'il est mort, que c'était un bonhomme clément ;
Que, dans l'hiver fameux du grand bombardement,
Il traversait Paris tragique et plein d'épées,
Pour vous porter des tas de jouets, des poupées,
Et des pantins faisant mille gestes bouffons ;
Et vous serez pensifs sous les arbres profonds.

Victor Hugo-1er janvier 1871 Recueil L’année terrible


Un plaisant

C'était l'explosion du nouvel an : chaos de boue et de neige, traversé de mille carrosses, étincelant de joujoux et de bonbons, grouillant de cupidités et de désespoirs, délire officiel d'une grande ville fait pour troubler le cerveau du solitaire le plus fort. Au milieu de ce tohu-bohu et de ce vacarme, un âne trottait vivement, harcelé par un malotru armé d'un fouet. Comme l'âne allait tourner l'angle d'un trottoir, un beau monsieur ganté, verni, cruellement cravaté et emprisonné dans des habits tout neufs, s'inclina cérémonieusement devant l'humble bête, et lui dit, en ôtant son chapeau : " Je vous la souhaite bonne et heureuse ! " puis se retourna vers je ne sais quels camarades avec un air de fatuité, comme pour les prier d'ajouter leur approbation à son contentement. L’âne ne vit pas ce beau plaisant, et continua de courir avec zèle où l'appelait son devoir. Pour moi, je fus pris subitement d'une incommensurable rage contre ce magnifique imbécile, qui me parut concentrer en lui tout l'esprit de la France.

Charles Baudelaire (Texte extrait du Spleen de Paris.)


COLETTE (1873-1954), Les Vrilles de la vigne, 1908

Courtes nouvelles d'origine biographique dans lesquelles l'auteur exprime son goût pour la nature et la nostalgie du village de son enfance. Ce texte est extrait de Rêverie de Nouvel An…

Ma solitude, cette neige de décembre, ce seuil d'une autre année ne me rendront pas le frisson d'autrefois, alors que dans la nuit longue je guettais le frémissement lointain, mêlé aux battements de mon cœur, du tambour municipal, donnant au petit matin du 1er janvier, l'aubade1 au village endormi... Ce tambour dans la nuit glacée, vers six heures, je le redoutais, je l'appelais du fond de mon lit d'enfant, avec une angoisse nerveuse proche des pleurs, les mâchoires serrées, le ventre contracté... Ce tambour seul, et non les douze coups de minuit, sonnait pour moi l'ouverture éclatante de la nouvelle année, l'avènement2 mystérieux après quoi haletait le monde entier, suspendu au premier rrran du vieux tapin3 de mon village. Il passait, invisible dans le matin fermé, jetant aux murs son alerte et funèbre petite aubade, et derrière lui une vie recommençait, neuve et bondissante vers douze mois nouveaux... Délivrée, je sautais de mon lit à la chandelle, je courais vers les souhaits, les baisers, les bonbons, les livres à tranche d'or... j'ouvrais la porte aux boulangers portant les cent livres de pain et jusqu'à midi, grave, pénétrée d'une importance commerciale4, je tendais à tous les pauvres, les vrais et les faux, le chanteau de pain et le décime5 qu'ils recevaient sans humilité et sans gratitude...O tous les hivers de mon enfance, une journée d'hiver vient de vous rendre à moi !

1. « aubade » : concert donné à l'aube sous les fenêtres de quelqu'un.
2. « avènement » : arrivée, venue.
3. « tapin » : celui qui bat du tambour.
4. « pénétrée d'une importance commerciale » : convaincue de jouer un rôle commercial important
5. « le chanteau de pain » : morceau d'un grand pain ; « décime » : dix centimes. Termes rares et régionaux.


Ils ont dit…

– 1er janvier, sur le calendrier on lit circoncision. Ça commence bien ! Qu’est-ce qui va nous rester à la fin de l’année. (Robert Rocca-Chansonnier)

– Le 1er janvier est le seul jour de l’année où les femmes oublient notre passé grâce à notre présent. (Sacha Guitry)

- Le 1er janvier 1945, à Hiroshima, les gens s’étaient souhaités une bonne et heureuse année… (Philippe Geluck)


Bas pp gBas pp archives e

Lectures de cette page

Ajouter un commentaire