Plume a lu203-mars-1.jpg2021

Par Angeline BOSMAHER
Bosmaher angeline 02

Des souris et des hommes

Le chef-d’œuvre de John Steinbeck (1937)
adapté en roman graphique par Rébecca Dautremer (2020)

Des souris et des hommes

Steinbeck est un écrivain américain né le 27 février 1902 à Salinas et mort le 20 décembre 1968 à New York. Considéré comme un géant des lettres américaines, il est l’auteur de grands classiques de la littérature, dont Des souris et des hommes, Les Raisins de la colère (1939), À l’est d’Éden.

Rébecca Dautremer est née en 1971 à Gap. Elle a suivi les cours de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris... En plus de ses illustrations pour plusieurs maisons d’édition, elle travaille pour la presse jeunesse. Elle a une passion pour la photographie.

Résumé : L’histoire se situe durant la grande dépression, au début des années 30.

Deux amis d’enfance, Georges Milton et Lennie Small, travaillent comme saisonniers dans des ranchs de Californie. Le tandem est antinomique : l’un est petit, mais intelligent, l’autre est doté d’une force herculéenne, mais attardé mental. Habitué à ses frasques récurrentes, Georges est le gardien de Lennie qui ne peut se passer de sa bienveillante protection. Malgré leur précarité sociale, un rêve les réunit, gagner assez d’argent pour acheter une ferme à eux afin de vivre loin de la cruauté des hommes. Lorsqu’ils arrivent dans ce nouveau ranch, Curly, le fils du patron, prend Lennie en grippe. Sa femme qu’il délaisse traîne souvent auprès des ouvriers. Un jour, Lennie se retrouve seul avec elle, la mécanique tragique est lancée…

Rebecca Dautremer offre au lecteur une somptueuse version graphique de ce chef-d’œuvre mondialement connu. Travail titanesque (plus de 400 pages) parfaitement réussi tant par la palette des styles adoptés, la créativité pour dessiner les décors, faire parler les personnages. Chaque page est une découverte artistique qui met en lumière les visages, la violence implicite des propos, la psychologie des deux héros, la puissance des émotions. Les illustrations restituent l’ambiance d’une époque gangrénée par le chômage où le travail est une clé de survie.

Ce court roman, avare de faits spectaculaires, écrit dans une langue économe souvent proche de l’oralité, sonde la psychologie humaine dans ses replis les plus sombres, décrit un monde où les plus faibles de par leur couleur, leur handicap, leur vulnérabilité sont relégués au rôle de souffre-douleur. En contrepoint, c’est aussi une ode à l’amitié indéfectible…

Scrupuleusement respecté, le texte est mis en valeur par les illustrations si bien que le lecteur est heureux de se replonger dans un univers littéraire souvent connu, mais transfiguré. Les images peignent magnifiquement le cadre narratif, véritables tableaux des terres agricoles et des ranchs de Californie. Elles restituent l’ambiance d’une époque, celle de 1930 avec ses publicités. Elles épousent les phantasmes de Lennie tels que celui d’élever des lapins pour les caresser, de ne dépendre de personne, de s’adonner à des occupations ordinaires comme manger à sa faim, dormir dans un lit confortable, libre enfin. Elles amplifient les expressions des visages, décryptent le moindre sentiment, la puissance des émotions.

Rebecca Dautremer a travaillé sans artifice technologique, attentive à la force évocatrice pour magnifier le roman de Steinbeck, alternance d’humour, de gravité de poésie et d’illusions.

Ce roman graphique est une œuvre d’art.

À découvrir !

Bas pp gBas pp archives d

Ajouter un commentaire