Plume a lu201-janvier-1.jpg2021

Par Brigitte MONCEY

Moncey brigitte 1

Coquelicot
Anne Sylvestre

 
Coquelicot

Anne Sylvestre n’était pas seulement une chanteuse française, auteure-compositrice-interprète. Elle portait un tel amour des mots qu’elle les a rassemblés dans un recueil « Coquelicot et autres mots que j’aime ».

4ème de couverture :

" Coquelicot. C'est un cri, c'est un appel, c'est un mot de joues rouges et de course folle dans les blés, de mollets piqués par les chardons, de roulades et de cul par-dessus tête dans le fossé.
C'est un mot claquant, insolent, cueille-moi si tu l'oses, je me fanerai aussitôt mais regarde : je suis légion. Je pousse et je re-pousse, et dans cette flaque rouge tu ne sais plus où poser les yeux. Coquelicots, cavalcade, concours à qui sera le plus rouge, tes joues ou moi. "

Tout en subtilité et profondeur, Anne Sylvestre invoque les mots qui la touchent et l'émeuvent, dévoilant à travers eux la matière même de sa vie. Entre les souvenirs ressurgis et les petits bonheurs du quotidien, entre les coulisses de la scène et les champs de son enfance, ses textes nous plongent avec émotion dans son intimité.
Artiste emblématique de la chanson française, Anne Sylvestre est auteur-compositrice-interprète. Coquelicot est son premier livre.
Qu'ils soient mélancoliques comme « cahier », savoureux comme « frangipane », surprenants comme « libellule », drôles comme « s'esclaffer » ou nostalgiques comme « parfum », les mots préférés d’Anne Sylvestre racontent son histoire, ses souvenirs d'enfance, sa poésie et son amour de la nature.

Quelques extraits :

Marelle :

Jeu en forme d’avion qui permet d’aller de la Terre jusqu’au Ciel en sautant sur un pied. Traditionnellement réservé aux filles, car c’est bien connu, les garçons ne sautent pas à cloche-pied. De même que les filles n’iraient jamais taper dans un ballon, voyons !

Chacun son jeu, et les ânes seront bien gardés.

Fanfreluche et falbala :

Le dictionnaire ne les aime pas.

Il les méprise, autant l’un que l’autre, donnant d’eux une petite définition sèche et péjorative (je sais, ça n’existe pas, mais tant qu’à parler de mots, on peut bien m’accorder d’en inventer quelques-uns, tant « péjorative » me semblait trop joli pour évoquer un tel dédain, désinvolte et blasé).

Pour moi, je les aime bien, j’aime ce son « f » que l’on produit en posant les incisives d’en haut sur la lèvre inférieure. (il n’est pas recommandé de le faire en croquant un gâteau sec, mais qui aurait cette idée saugrenue ?)…

Tomate :

« Ah ! non, pas de tomate !
– C’est une allergie ?
Non, c’est une antipathie ! »

Elle est mon ennemie depuis toujours, je dirais même avant mon enfance si c’était possible. Petite fille, ma grand-mère m’obligeait à en manger, et c’est à grand renfort de pain et de verres d’eau que j’arrivais à la faire descendre avec un haut-le-cœur. Je la déteste, comme d’autres la betterave, le concombre ou l’endive. Et la gueuse se glisse partout…

Mon ressenti :

Alors, pourquoi j’ai choisi « Coquelicot et autres mots que j’aime » ?
J’aime le coquelicot, cette fleur sauvage à la robe éclatante, à la vie éphémère…
J’aime les souvenirs rattachés à cette simple plante, les bouquets maladroits des enfants, pour en faire cadeau à leur maman…
Et, en dehors du mot « Coquelicot », Anne Sylvestre définit quatre-vingts autres mots, tous aussi succulents. Des mots poétiques, enfantins, simples, drôles, aventureux… Elle raconte des histoires, des fabulettes bien sûr, mettant en vedette quelque escogriffe grimpant l’escalier ou jouant à la marelle, faisant des ricochets près de ses sœurs en barboteuse…   

Ce livre m’a terriblement marquée. J’ai décidé d’en faire un outil de travail (ou peut-être une boîte à malices) afin d’animer mon atelier d’écriture. Le résultat en est la confection d’un abécédaire « Ces mots qui nous ensorcellent » écrit par six amoureuses des mots. À chaque lettre de l’alphabet, son ou ses mots. Une riche expérience du groupe vécue grâce à Anne Sylvestre.

En préambule de notre recueil, j’ai noté :

« Coquelicot et autres mots que j’aime » : Quatre-vingt-un mots qui nous racontent leur propre histoire, nous entraînant vers des chemins que l’on n’aurait certainement pas suivis sans eux. Des sentiers imaginaires, des souvenirs d’enfance, des passions, des fantasmes, des émotions… Tous ces mots nous ont fait voyager, loin de notre réalité, loin de notre quotidien…

Alors, ami(e)s en recherche d’inspiration, n’hésitez pas… Lisez ce joli recueil d’Anne Sylvestre.

Moncey3

Ajouter un commentaire