Acrostiche09-septembre-1.jpg2020 1

Par Aliette SOMOT

Somot aliette6

        
           Souriante parfois, mais trop souvent absente,
           Elle est privée des droits qui font la vie courante.
           P
eu importe septembre, tous les mois à venir.
           Tâtonnant dans sa chambre les moindres souvenirs,
           Elle recherche sa vie. Et les mains se rassurent.
           Maintenant dans son lit, ce n'est plus qu'un murmure,

           Balivernes futiles. Elle attend, elle attend.
           Révoltes inutiles contre le temps qui prend.
           Elle a passé cent ans. C'est encore ma maman.
   

Somot 5

Commentaires (1)

Villaume monique
  • 1. Villaume monique | jeudi, 03 septembre 2020
Septembre nous offre un joli poème émouvant, merci Aliette

Ajouter un commentaire