President203-mars-1.jpg2020 1
 
 

Lettres de mars

Mars est le troisième mois de l’année dans les calendriers julien et grégorien. C’est aussi le premier mois du printemps dans l’hémisphère nord ; l’équinoxe a lieu le 19, le 20 ou le 21 mars, en 2020 ce sera le 20 mars.

À l’origine du calendrier romain, le mois de mars était le premier de l’année (Ovide, Les Fastes I-30) car le retour des beaux jours marquait le début de la période de la guerre. Son nom vient alors du latin Martius, nom donné à ce mois par les Romains en l’honneur du dieu Mars, dieu de la guerre.

Ce mois-ci, j’ai eu envie de rechercher quelques références littéraires en relation avec ce mois un peu fou, celui qui est censé nous faire aller des ténèbres vers la lumière, celui des giboulées et des contrastes…

Le lièvre de mars est un personnage d’«Alice au pays des merveilles» de Lewis Caroll (1865), reflétant le proverbe anglais « Fou comme un lièvre de mars » ; c’est effectivement la saison des amours.

Emile Zola, dans « Le ventre de Paris » 1873, écrit : Les dégels, les temps mous, les brouillards et les pluies de mars.

Paul Nizan, dans son roman « La conspiration », 1938, dit : C'était un jour de pluie du commencement d'avril, une séquelle glacée des ondées de mars où tous les espoirs qu'on avait mis dans l'établissement du printemps fondaient aussi vite que le ciel.

Quant aux Lorrains Erckmann-Chatrian, dans « L’ami Fritz » 1864, ils nous confient : On se mit à boire de cette fameuse bière de mars, qui vous monte au nez comme le vin de Champagne.

Et je laisserai le mot de la fin au poète, puisque, comme l’écrivait Voltaire en 1764, « Le véritable éloge d'un poète, c'est qu'on retienne ses vers. »

Tandis qu’à leurs œuvres perverses,
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Théophile Gautier

 

Lombard

Ajouter un commentaire