Plume oreille05-mai-1.jpg2019 1

Une chanson, les paroles, la vidéo d'un artiste,
le tout proposé par un auteur de PLUME

Moncey brigitte

Brigitte MONCEY
vous invite à découvrir...


Comme un ours

Interprétée par Alexis HK

Hk

« Chers tous,
Je suis heureux de vous présenter mon nouvel album, « Comme Un Ours ».
Comme son nom l’indique, ce disque trouve ses racines dans la solitude et l’isolement. Mais ses racines seulement.
Je me suis isolé le temps de l’écriture pour ressentir vraiment la nécessité de l’autre, l’insoutenable projet de la solitude absolue.
Puis je l’ai partagé avec un co-réalisateur, Sébastien Collinet…
Puis un violoncelliste et un ingénieur du son sont venus nous épauler.
Il ne s’est pas fait dans un studio à moquette épaisse, il s’est fait chez moi à la campagne, puis à la ville. Je voulais qu’il ressemble à son époque.

Celle où nous sommes si seuls mais en communication permanente.
Celle où l’avenir n’est plus un acquis, où l’espoir s’invente d’un jour à l’autre.

Celle qui nous rend hagards parfois…
Je voulais des grooves lancinants et des angoisses partagées, mais aussi me rassurer avec une femme, un enfant et un chien.
Je voulais me retrouver, et vous retrouver.

J’espère qu’il vous plaira.
Merci.
Alexis. »

Alexis HK est un poète funambule : en équilibre, il chante avec humour mais sans cynisme, avec tendresse mais sans fadeur. Une qualité salutaire au milieu de la grisaille. Après le succès des « Affranchis », couronné par un Olympia en 2010, et de son spectacle « Georges & moi » en 2015, Alexis a pourtant voulu rentrer dans son antre. De là est né « Comme un ours », projet de solitude intentionnelle dans lequel le chanteur, d’habitude si friand de collaborations, tient les commandes de A à Z. Mais les événements de 2015 ont fait trembler la plus profonde des cavernes, et même isolé au milieu du vignoble nantais, l’ours volontaire s’est retrouvé plongé tête la première dans un monde qu’on ne peut plus tourner en dérision. Il écrit alors la noirceur, la violence, et la peur en empruntant aux styles musicaux émergents leurs rythmiques électrisées et électrisantes qui remplacent les traditionnelles batteries, leurs loops aux basses lancinantes, et les syllabes martelées comme des halètements qui s’abattent frénétiquement sur les consonnes les plus dures. Il ne fallait pas en rester là : Alexis sait qu’il faut toujours revenir à cet espoir inébranlable sans lequel créer ne sert à rien. Cet espoir-là, c’est dans la chanson qu’il le trouve depuis toujours, dans les fables simples des conteurs à la voix érodée, à la manière d’Arthur H, Thomas Fersen et des voix chaudes de Benjamin Biolay et Bertrand Belin.
Car même s’il explore dans cet album de nouvelles esthétiques plus sombres, la chanson reste toujours pour lui un point d’amarrage.
Fasciné par Georges Brassens et Renaud qui parviennent à captiver l’assemblée avec un texte, une guitare et quelques traits d’humour, déjà, l’ado timide et un peu ours nourrissait un rêve plutôt raisonnable : réussir à chanter une chanson devant un public.

Propos tirés du site : https://www.alexishk.com

COMME UN OURS


On raconte qu’il vit seul 
Depuis si longtemps 
Qu’il engueule ses glaïeuls 
Comme si c’étaient ses enfants 
On raconte que le soir 
Il met deux couverts 
Et prépare le dîner

À son pote imaginaire 

Comme un ours bipolaire 
Un ermite en colère 
En apesanteur 
Entre les deux hémisphères 


Dans ses jours amers 
Son regard se perd 
Entre l’eau et le feu 
Qui clashent 
Dans sa chair


On raconte qu’elle vit seule 
Depuis si longtemps 
Qu’elle console son aïeul 
Comme s’il était vivant 
Toutes ses âmes sœurs 
Se sont évanouies 
Au fin fond du néant 
De son âme envahie 


Par des ours bipolaires 
Des ermites en colère 
En apesanteur 
Entre les deux hémisphères 

 


Dans ses jours amers 
Son regard se perd 
Entre l’eau et le feu 
Qui clashent 
Dans sa chair

Ils n’étaient pas 
Les seules âmes seules ici-bas 
Mais les solitaires 
Ne se rencontrent pas 
Ils n’étaient pas les seuls 
À faire de leur lit 
Une base arrière 
À la mélancolie 

Comme ces ours bipolaires 
Ces ermites en colère 
En apesanteur 
Entre les deux hémisphères 

Dans tes jours amers 
Ton regard se perd 
Entre l’eau et le feu 
Qui clashent 
Dans ta chair 

Ours bipolaires 
Ermites en colère 
En apesanteur 
Entre les deux hémisphères 

Dans tes jours amers 
Ton regard se perd 
Entre l’eau et le feu 
Qui clashent 
Dans sa chair.

Moncey3

Ajouter un commentaire