Jeuxdemots05-mai-1.jpg2019 1
 

Dubourg daniel 5

par Daniel DUBOURG

 

À vue de nez

Je me rappelle l’histoire de cet alpiniste impatient, désireux, d’écouter en boucle « Une nuit sur le mont Chauve », le jour de la Saint-Ignace, et qui ne voulait pas être coiffé sur le poteau. Il disait : « Gardez la tête sur les épaules, ne la perdez pas et tendez l’oreille, sinon vos cheveux pourraient bien s’y dresser ! De plus, si vous avez bu, vous risquez fort d’y avoir mal. Enfin, si vous avez un cheveu sur la langue, mieux vaut mettre celle-ci dans votre poche. Je sais ; vous allez me dire que cette situation est tirée par les cheveux, à défaut de pouvoir être tirée par les chevaux. Que vous soyez coiffé à la brosse, à la Jeanne d’Arc, que vous portiez une queue de cheval, des nattes ou des tresses, ne vendez pas la mèche pour quelques malheureuses pellicules ».
En conclusion, n’est pas chauve qui peut. Mais à Calvi, si !

Autre histoire. Un détective privé avait à l’œil un individu, dentiste de son état et fervent partisan de la loi du talion. Certains de ses agissements lui avaient mis la puce à l’oreille et il en avait prêté une très complaisante à un patient, M. Debœuf venu jeter un œil et parfaire sa langue. L’affaire s’était propagée de bouche à oreille. On aurait entendu des bruits sourds dans le cabinet dentaire. C’était paraît-il, ceux que produisait un roi affamé qui avait perdu sa couronne et aussi sa monture, qui n’avait plus rien à se mettre sous la dent, mais qui ne tenait pas à prendre racine dans ce cabinet proche d’une bouche d’aération, je ne sais plus. Même s’il se prénommait Adam, il ne se servait que d’une brosse pour astiquer son palais et un proche pavillon orné d’un tympan ouvragé, sculpté par un coolie-maçon habile à manier le marteau, l’enclume et à les trier. Ce roi portant perruque en raison de cheveux en bataille n’était jamais monté au front, car de conflits, il n’y en avait guère. Il se cantonnait à voyager de Menton au cap Gris Nez en passant par les Bouches-du-Rhône. Il n’était pas beau, avec ses deux pieds de nez creux tout droit sortis de pif gadget. Son épouse, Cécile, l’aimait pourtant tant, qu’elle ne cessait de lui offrir des spécialités d’Étampes qui lui mettaient l’eau à la bouche et le rouge aux joues, spécialités qu’il dégustait avec un rosé d’Anjou.

- Allez, en joue ! lançait-il à certains de ses invités qui lui faisaient la tête, dans l’espoir de les dérider. Ne faites pas la gueule !
- Quoi ? Qu’est-ce qu’elle a, ma gueule ? répliquait l’intéressé.

Parfois, l’autre riait à tue-tête. Mais la plupart du temps, c’était voué à l’échec, même si le monarque y ajoutait des considérations qu’il voulait spirituelles en parlant de monde entier. Bof !

Finalement tout se termina d’une drôle de façon. Le détective ne détecta rien et, étourdi comme jamais, chut dans un regard ou une bouche d’égout. Le dentiste put ainsi ramener sa fraise en toute tranquillité.

Quant à l’audacieux qui osa s’aventurer sur le mont chauve, c’est pas sorcier, il en redescendit, les jambes à son cou, rocher après rocher, sans un seul poil sur le caillou !
 

Dubourg

Commentaires (2)

Daniel Dubourg
  • 1. Daniel Dubourg | mercredi, 01 mai 2019
Merci, Edith ! Et si tu as bien ri, c'est essentiel !
Edith
  • 2. Edith | mercredi, 01 mai 2019
J'adore! celui que je préfère, c'est à Calvi, si! J'ai failli passer à travers en me demandant ce que la Corse venait faire dans cette histoire. Trop bien! Continue à ramener ta fraise et évite les bouches d’égout.

Ajouter un commentaire