Plume a lu210-octobre-1.jpg2019 1

Par Brigitte MONCEY

Moncey brigitte
 


Une sirène à Paris
de Mathias MALZIEU

Malzieu

Sirene a paris

Mathias Malzieu est une figure phare du rock français avec le groupe Dionysos, pour lequel il écrit, compose et interprète les chansons.

Peu enclin à choisir entre sa vocation de chanteur et celle d’auteur, c’est tout naturellement qu’il décide de mêler les deux.

Après un recueil de nouvelles, 38 mini westerns, et un roman, Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, il connaît un immense succès populaire avec La Mécanique du cœur, traduit dans 20 pays, et le récit autobiographique, Journal d’un vampire en pyjama, Prix Essai France Télévisions et Grand Prix des Lectrices de Elle.

En janvier 2019, il publie Une sirène à Paris.

Résumé

Après le bouleversant Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu retrouve la veine du merveilleux de La Mécanique du cœur avec cette Sirène à Paris, une histoire d’amour impossible entre un homme et une sirène dans le Paris contemporain. Nous sommes en juin 2016, la Seine est en crue. De nombreuses disparitions sont signalées sur les quais. Attiré par un chant aussi étrange que beau, Gaspard Snow découvre le corps d’une sirène blessée, inanimée sous un pont de Paris. 
Il décide de la ramener chez lui pour la soigner, mais tout ne se passe pas comme prévu. La sirène explique à Gaspard que les hommes qui entendent sa voix tombent si intensément amoureux d’elle qu’ils en meurent tous en moins de trois jours. Quant à elle, il lui sera impossible de survivre longtemps loin de son élément naturel…
À travers ce conte moderne, Mathias Malzieu questionne l’engagement poétique et le pouvoir de l’imagination dans une époque troublée.  Ce livre est une déclaration d’amour à l’amour, au panache, à l’épique, à la camaraderie et à la surprise. 

« Surprisiers : ceux dont l'imagination est si puissante
qu'elle peut changer le monde - du moins le leur,
ce qui constitue un excellent début. »

Mon ressenti

J’ai rarement lu un roman aussi rapidement et avec autant de plaisir. Comme téléportée dans une autre sphère. Un retour à l’enfance ? Le regret d’avoir perdu mes rêves au cours des années ou encore la magie d’une belle histoire superbement racontée ?
Une sirène à Paris, un conte passionnant, palpitant qui donne envie de savoir ce qui va se passer, comment ça va se terminer. Un rythme effréné, les pages tournent à une vitesse folle et notre « surprisier » se révèle un digne héritier de Sylvia, sa grand-mère. Des personnages imaginaires, complètement déjantés, mais tellement sympathiques. La traversée de Paris en tuk tuk nous fait frissonner.
Beaucoup de poésie, celle que l’on trouve dans ses chansons, présente à chaque ligne.
Si vous avez gardé votre âme d’enfant ou si vous voulez la retrouver le temps d’un livre, n’hésitez pas… Lisez Une sirène à Paris.

Extraits

"Certains vivent mieux en compagnie des animaux qu'avec des humains, d'autres se sentent mieux isolés au milieu d'une forêt. Le truc de Gaspard, c'étaient les fantômes. Ou les "souvenirs", comme préférait les appeler son père. Au Mexique, on raconte que lorsqu'on oublie un mort, il meurt une deuxième fois. "Je lave et je repasse les draps des fantômes du Flowerburger pour que, s'ils décidaient d'apparaître, ils soient impeccables. Je prends soin de mes souvenirs, voilà", avait-il expliqué entre deux chansons ce soir." p.35

" Certains vivent mieux que d'autres sans amour, j'ai cru que j'en étais capable, mais c'était une connerie. Et au fond de moi, je le sais très bien. Gaspard aussi, il le sait très bien! Donc vous arrivez à point nommé...
- Je n'en suis pas sûre, vous savez, j'ai peur que...
- C'est normal. S'installer dans un grand cœur comme le sien, sans chauffage ni électricité, ça peut faire peur. Mais vous allez tout rallumer et ce sera fantastique. Il n'attend que ça, qu'on le rallume!" p.129

"Le son d'un instrument qui se brise vous arrache le cœur. C'est un des plus tristes bruits de l'histoire des bruits." p.143

"Quand il était petit, Gaspard rechignait à sortir de son lit, de peur d'oublier ses rêves. Sylvia lui racontait alors qu'un camion invisible passait chaque matin récupérer les rêves oubliés. Il les recyclait pour entretenir une base de données accessible à n'importe quel être humain, à n'importe quel moment de la journée. Il suffisait d'utiliser son imagination." p.188

"La péniche se faufila sous les ponts jusqu'à l'horizon. Voir disparaître Paris dans son dos fournit le premier grand frisson. Sentir le fleuve se changer en mer donnait l'impression de quitter le port pour de bon. Rapetisser devant l'immensité du monde, s'exposer au sublime. Vérifier la houle comme on vérifie son courrier, partir pour se retrouver. S'inventer de nouveaux souvenirs. Se donner les moyens d'être surpris. Imaginer et travailler dur pour réduire l'écart entre rêve et réalité. Souder. Se souder. Résister. Tenir. Soutenir. Résister. Ne plus se contenter de regarder, apprendre à voir. Trouver. Se retrouver. Se perdre. Perdre. Donner. Recommencer. Vivre en accéléré pour tenir en équilibre entre le futur et le passé. Lula avait réparé la machine à rêves. Tout pouvait arriver désormais, tout pouvait continuer." p.238

Malzieu

Voir aussi la rubrique "La plume dans l'oreille" de ce Porte-Plume pour (re)découvrir le groupe Dyonisos et écouter la chanson "Une sirène à Paris".

Moncey3

Ajouter un commentaire