Jeuxdemots10-octobre-1.jpg2019 1

joelle-frignet.jpg

par Joëlle FRIGNET


Au nez, au bras, à la myrtille…

Celui qu’on discipline et que l’on traque jusque dans les moindres recoins de notre anatomie. Indésirable dans le nez, les oreilles et sous les aisselles.
Celui qui vous fera zozoter s’il s’accroche à votre langue. D’autres encore que la décence m’interdit de citer.
Moi, le mien, je l’ai dans la main et je ne m’en porte pas plus mal. C’est vrai, pourquoi ferais-je aujourd’hui ce que ma compagne fera demain ?

Avant j’étais boulimique de travail, mais la vie m’a montré un autre chemin.

En janvier 2015, appareil-photo en bandoulière, je me suis trouvé au mauvais endroit. Dès que la fusillade a éclaté, je me suis plaqué au sol. Un énorme éclat de verre s’est fiché dans le sol à cinq millimètres de ma tête. J’étais tétanisé, j’ai cru perdre la raison.
Je n’étais plus que l’ombre de moi-même, je me terrais dans notre studio. Je ne parvenais pas à me ressaisir, je dormais très peu, ne m’habillais plus et me rasais rarement.
Bien sûr ma petite rouquine aux yeux verts m’a quitté. Elle se barbait trop avec moi…

Le temps a passé.
Ma résurrection, c’est à mes potes que je la dois. Ils se sont tant acharnés à me sortir de l’ornière qu’ils ont fini par y parvenir.
Mon appareil-photo a terminé aux oubliettes. J’habite maintenant en haute montagne et j’élève des moutons.
Chaque année, pour fêter le renouveau, à l’occasion de la tonte de mon cheptel, j’organise une nouba. Et là, je peux vous assurer que mes potes et moi, on s’amuse et on rigole.

Loupejeux2

Frignet

Ajouter un commentaire