Rime10-octobre-1.jpg2019 1

Par Serge BEYER

Beyer serge 2

 


Musiques

Ce douloureux clavier déchirant mes nocturnes
Est l’âme de Chopin qui sanglote à vomir.
Sur les hoquets nacrés je voudrais m’endormir, 
Loin de l’ennui poisseux de langueurs taciturnes.

Un blues sucré ruisselle, alizé dans nos voiles,
Cuivrant le ciel lascif de suaves lueurs.
Ta nuit qui se fait mienne, enivrée aux sueurs        
Du saxo de Parker, embrase les étoiles.                            

Nomade, un violon hasarde une caresse.
L’archet de Yehudi  sur nos corps délacés
Trébuche. Et dans les plis des draps encor froissés,
Il glane tes soupirs satinés de tendresse.

 

Beyer

Commentaires (4)

Blandin
  • 1. Blandin | mercredi, 16 octobre 2019
Très joli poème , comme d'habitude. Bisous.
beyer
  • 2. beyer | samedi, 05 octobre 2019
Être lu et savoir que nos mots ont été partagés, avec tout ce qu'ils traînent d'émotions dévoilées ou latentes, est un privilège qu'on ne mesure que par vos traces laissées ici ou sur d'autres supports. Et je sais qu'il en est ainsi pour toute création, peinture, dessin, roman, sculpture, musique... C'est pour cette raison que j'ai tenu à vous répondre également au sein même de cette rubrique, pour vous remercier sincèrement .Patrick me pardonnera sans doute ce surcroît de travail...
Clin d’œil supplémentaire, je suis passé deux fois les jours derniers près du piano de la gare de l'est. Je l'ai vu avec un tout autre regard... Bises à vous, à tous !
STOCK Christine
  • 3. STOCK Christine | mercredi, 02 octobre 2019
Que dire de plus que : Magnifique, j'adore tes poèmes, bisous
Hily
  • 4. Hily | mardi, 01 octobre 2019
Lu plusieurs fois gare de l'Est, près du piano juste comme il se combinait avec un violon blues... (c'est rare)
Sonorités maladroites en sourdine de vos mots somptueux.
Des images glissent. Des sons s'inventent et s'évaporent... Tout un ensemble naît, qui ne ramène pas à ce qui a été vécu, mais le recrée, donnant volume et boucles à ce qui, grâce à vos vers exerce encore une fois la plus souriante des fascinations: l'amour en musique.

Ajouter un commentaire