Coinphilosophe212-decembre-1.jpg2019 1

Par Daniel DUBOURG
Dubourg daniel 6


Des cadeaux

Fêtes de fin d’année, grande période des cadeaux, moment où ils se concentrent, se démultiplient. Tout concourt à en faire, à dépenser une partie de son budget du mois pour offrir. Les vitrines se parent d’or et d’argent, scintillent ; les publicités lumineuses et chatoyantes défilent ; les invitations à acheter se multiplient. Les colis s’entrechoquent sur les tapis roulants des géants du web. Chacun veut faire plaisir, offrir, surprendre. Le commerce passe le grand braquet de la consommation et les objets les plus divers circulent, emballés, décorés. On va oublier (?) quelques jours les choses graves de la vie quotidienne, qui suit son cours, du moins les mettre en pause.
Offrir pour faire plaisir, faire du bien, comme on dit, réconcilier, montrer d’une certaine façon que l’on pense à l’autre. Les cœurs sont à la générosité, à l’espoir. Ils le sont chaque jour pour bon nombre d’humains, j’ose le croire.
On ne peut éviter de se pencher quelques instants sur la signification profonde du cadeau. Le fait d’offrir est devenu si souvent un acte « systématique », traditionnel que l’on risque d’avoir oublié le sens premier de l’offrande et du don.
Quel cadeau allons-nous choisir pour telle personne ? Quelle raison, quel motif vont guider notre acquisition ou motiver notre désir d’offrir ? Une certaine connaissance du récipiendaire va guider notre choix. Mais ce dernier sera bien plus hasardeux pour quelqu’un que nous ne connaissons qu’à peine.
Souvent pressés, nous allons courir les magasins ou acheter par correspondance. L’achat fait, notre joie n’aura d’égale que la satisfaction et la surprise de celle ou celui qui ouvrira le paquet enrubanné.
Mais le cadeau peut se faire à tout moment, à toute occasion et même sans autre raison que celle de donner du plaisir à son destinataire. L’importance réside dans l’intention, quand nous savons que la banalisation, que le fait d’offrir pour offrir ne font que déprécier, dévaluer l’acte.
Le cadeau le plus personnalisé reste sans doute le plus signifiant, celui qui va marquer, ravir. Peu importeront son prix, sa taille, sa valeur marchande. Il sera juste nécessaire qu’il soit judicieusement choisi pour revêtir tout son éclat et ainsi combler de joie et de plaisir celui qui le recevra.
Tout le monde ne se sent pas forcément une âme d’artisan, d’artiste, tout le monde n’a sans doute pas le temps de créer le cadeau si particulier et si personnalisé qui va étonner l’heureux récipiendaire. L’important sera de faire « le bon choix ».
Au lendemain des fêtes, bien des gens mettent des cadeaux en vente. Ceux-ci n’ont-ils pas plu ? Ne savent-ils qu’en faire ? Leur correspondent-ils si peu ? Quelle est leur valeur à leurs yeux ?
Peut-être devrions-nous être toujours contents de recevoir, comme de donner… Peut-être devrions-nous passer un peu de temps à penser à l’auteur du cadeau et au chemin qu’il a parcouru pour nous l’offrir.
Père Noël ou pas, il n’est pas nécessaire d’y croire pour penser que la vie est capable de nous faire des cadeaux, ceux que nous n’attendons pas, du domaine de l’irréalisable, de l’inespéré. L’espoir fait vivre. Et c’est celui-là que tentent d’entretenir ou de raviver ceux qui sont dans le besoin et la détresse.
Ma fenêtre ouvre sur la nature grand format. Et chaque matin, des oiseaux se posent à quelques pas de moi. Je les regarde longuement. Ils ne cessent de m’émerveiller. Je souris, de bonheur sans doute. Un vrai cadeau.

Bas pp gBas pp archives d

Ajouter un commentaire